Les Chroniques Pressées

Flash Auteur 13 – Philippe Henry

Scroll down to content
Une question, une réponse  : le tout en une seule phrase !
Attention, exercice de concision difficile mais qui permet une rencontre flash et explosive !

 

*********************************************************************************************************
***Règlement ***
N’importe qui peut participer du moment qu’il :
 
* est un auteur ayant déjà publié un livre ou une nouvelle en auto-édition ou en maison d’édition
* choisit entre « FLASH AUTEUR 0 – un livre flashé » ou « FLASH AUTEUR 0 – plusieurs livres flashés »
* me demande le questionnaire (doc word) et me le retourne par MP sur FB ou par mail rempli intitulé « FLASH AUTEUR – son nom »
* répond aux questions en une seule phrase (de la majuscule jusqu’au point = soit une phrase simple, soit une phrase complexe)
* partage au moins un autre Flash Auteur ou une chronique sur son profil ou un groupe FB afin de faire connaître d’autres auteurs (exception pour les auteurs n’ayant pas FB) !
* patiente pour la publication de son Flash Auteur, car les publications des Chroniques Pressées paraissent au rythme d’une parution par semaine avec alternance des menus pour éviter de lasser les lecteurs (de plus, le but du Flash Auteur est de mettre en avant les auteurs et donc de laisser de l’espace à chacun pour avoir sa part de visibilité !)
*********************************************************************************************************

 

Il est grand temps d’en savoir plus sur…

 

Philippe Henry

*** Questions avant lecture du livre ! ***

 

Je suis très heureuse que PHILIPPE HENRY ait accepté de se prêter à l’exercice difficile de « la réponse en une phrase » et le remercie pour sa participation !

 

35786378_493083464443604_3975308629803794432_o

Philippe HENRY,

auteur du roman LE LEGS !

édité chez Editions Nouvelle Bibliothèque

 

 

Philippe Henry vu par Philipe Henry

 

1. Quel genre d’écrivain es-tu ? En une phrase ou un mot !

Sensible et très occasionnellement déjanté.

2. Comment te vient l’inspiration ? En une phrase !

Si j’avais la réponse ! Plus sérieusement je suis quelqu’un qui écoute, regarde et sait rester dans sa bulle. Cela doit aider. (3 phrases dont 2 minuscules)

3. Pourquoi est-ce que tu écris ? En une phrase ! (On ne triche pas ! Je surveille)

Sans doute un peu par fierté et parce que je ne connais de plaisir plus divin que celui que l’on éprouve lorsque l’on ressent qu’un livre est en train de démarrer vraiment.

4. À quoi servent tes écrits, à ton avis ? En une phrase, toujours !

J’ai compris depuis longtemps que n’étant pas un grand écrivain, il n’était pas malsain d’avoir pour seule ambition de toucher le cœur de mes lecteurs (trices) et ce faisant de leurs faire passer quelques heures dont ils se rappelleront peut-être de temps en temps.

5. Pour quel(s) lecteur(s) ? En une phrase, encore !

Lorsqu’il s’agit d’un livre disons psychologique, il s’adresse plutôt aux femmes, lorsqu’il y a une sorte d’intrigue policière, il est pour tout le monde et enfin les livres « déjantés » sont réservés aux lecteurs disposant d’un humour de second ou troisième degré assorti d’un profond appétit pour le fantasque voire le farfelu.

6. Quel est ton auteur favori (roman, théâtre ou poésie) ? En une phrase et un titre d’oeuvre si tu veux !

Un auteur, c’est affreux ! Allez, trois : L. F. Céline, M. Proust et V. Woolf (rien que des morts !)

7. Quel titre de livre t’a le plus marqué ? En un titre et éventuellement quelques mots du pourquoi !

Préféré, c’est La promenade au phare de Virginia Woolf et le plus marqué est forcément Voyage au bout de la nuit de Céline !

8. Quel est ton personnage préféré tout texte confondu ? Présente-le en une phrase et quelques mots !

Le narrateur d’À la recherche du temps perdu pour sa fragilité extrême et son humour. Mais est-ce un personnage ?

9. Quel est le mythe que tu préfères ? En une phrase !

Disons le mythe de Sisyphe, après révision par Camus (Il faut imaginer Sisyphe heureux) et peut être aussi un peu par moi, en haut de la côte, de temps en temps (comprenne qui pourra).

10. Complète ce début de citation d’Apollinaire : « Il est grand temps de rallumer… » En quelques mots ou une phrase, au choix !

« Il est grand temps de rallumer … »

Deux solutions : ou je cherche sur internet ou je réponds au hasard, parce que je n’ai pas la moindre idée de la réponse. Alors tant qu’à faire, Johnny : le feu.

11. Quelle est ta citation de cœur (qui t’a marquée, qui te définit ou qui te guide pour écrire ?) Là ça peut dépasser une phrase, la faute à l’auteur cité !

J’ai un grave problème, je suis infichu de retenir une citation par cœur. Je ne sais pas comment j’ai eu mon bac ! Des citations magnifiques, j’en ai lues plein. Des vrais chefs d’œuvre. Mais les retenir, non. Il faut en tous cas qu’il y ait en elles une bonne dose de poésie.

 

 

48411421_280750752630091_5838965480081063936_n

 

« Ils ont toujours prononcé mon prénom comme si j’étais espagnol. Ils disaient « Ron ». Pas une fois ils ne se sont demandé d’où venait ce prénom. Jon, c’est le diminutif de Jonathan. Jonathan, c’est un prénom juif. Je suis juif. Ma mère était juive. Grand-père était juif. »

Mais cet héritage-là, Jon n’en veut pas. Il ne veut pas de cette douleur qui lui vient du passé. Il donnerait tant pour que ne retombe pas sur ses épaules cette mission absurde que lui a assignée son grand père, aux derniers souffles de sa vie. Il voudrait vivre comme tous les autres jeunes de son âge. Comme la petite Marie, comme Gilles. La vie est si douce avec eux. Mais peut-il continuer comme avant, comme s’il ne savait pas ?

 

Le titre Le Legs vu par Philippe Henry

 

1. Pourquoi ce titre ? En une phrase, on continue !

Le Legs est la source du problème mais d’autres titres auraient pu convenir aussi bien parce que s’il y a problème c’est qu’il y a débat entre plusieurs choses ou personnes et que l’on aurait pu aussi choisir les autres termes du débat.

2. Que t’inspire-t-il, à toi ? En une phrase, courage !

En général, c’est un don que l’on reçoit à la mort de quelqu’un et qui, de ce fait, mêle une bonne nouvelle à une mauvaise, mais dans le roman, on sera plutôt face au legs d’un devoir, ce qui est réduit à néant le bon côté du legs.

3. Qu’aimes-tu dans ce titre ? En une phrase !

Je ne suis pas très sûr que ce soit ce que j’aime le plus dans le roman…

4. Quel lien avec ce que tu racontes ? En une phrase et sans trop en dire bien sûr !

Il y a deux phases dans le roman et l’axe qui les départage est ce legs dont nous parlons.

5. Si tu devais résumer ton livre en une seule ligne d’horizon à l’image de mes EN UNE LIGNE, que dirais-tu ?

Le Legs : Il n’y a pas une seule vérité et pour les apercevoir toutes, il faut chérir le doute.

 

 

Listes des personnages principaux

Par ordre d’entrée en scène :

Claire, la mère qui cherche à préserver la douceur familiale ;

Le grand-père de Jon, qui aura passé une partie de sa vie à ne pas accepter ;

Gilles, fils de Claire et grand frère de Jon ;

Luc, le père, un peu taiseux, un peu secret ;

Jon, heureux dans sa famille d’adoption jusqu’au jour où il reçoit le legs ;

Marie, la fille de la famille, chérie par tous.

 

Les personnages du Legs vus par Philippe Henry

 

1. Les prénoms de tes personnages ont-ils une importance ? En une phrase, toujours !

Dans ma tête à coup sûr car je ressens Claire et Marie comme nécessairement douces, alors que le prénom de Jon est lui partie intégrante de l’intrigue.

2. En quoi ? Une phrase, pas plus !

Jon n’est pas ici un prénom espagnol, mais l’abréviation de Jonathan. Ce malentendu est une part de l’intrigue.

3. Font-ils passer un message ? Si tu as besoin de rajouter quelque chose à la question précédente, mets-le ici !

Théoriquement, les prénoms n’ont pas vraiment de raison de faire passer un message, mais ici quand même, quand on entend Jon, si on ne doute pas, si on ne se pose pas de question, on passe à côté de l’essentiel.

4. Qu’est-ce qu’un prénom représente pour toi ? Ton avis personnel en une phrase !

Sur un plan général, c’est compliqué. Une sorte de carte de visite que je n’ai pas choisie mais qui ne peut pas être sans influence sur la perception que les autres ont de moi ni sur ma propre personnalité, un peu comme si on avait en plus collé un miroir dessus.

5. Quel est le personnage de ton roman que tu préfères ? Son nom et une petite présentation de lui en une phrase !

Marie sans doute. Elle ressent tout et souffre parfois sans comprendre.

6. Pourquoi ? Ton explication en une phrase !

C’est Marie qui va mettre fin à un processus nuisible et choisira de laisser le temps faire son travail d’oubli.

7. Celui qui te ressemble ou t’a ressemblé ? En une phrase !

Comment retrouver la marque du fabriquant d’origine dans un patchwork ?

8. Le personnage que tu aimes le moins de ton roman, s’il y en a un ? En une phrase, on n’oublie pas !

Je n’en vois pas, sans doute parce que je ne suis pas un méchant, que j’ai en général de l’empathie pour les gens, et que je n’aurais pas aimé passer longtemps avec un personnage qui m’aurait été pénible.

9. À quel personnage de ton roman, selon toi, faudrait-il ressembler ? En une phrase !

Je ne vois pas bien pourquoi il conviendrait de ressembler à un de mes personnages…

10. À quel personnage ne faudrait-il surtout pas ressembler ? En une phrase !

… ni d’ailleurs ne pas ressembler, d’autant plus que je suis plutôt tenant de personnages ayant plusieurs facettes, alors comment choisir !

11. Comment as-tu fait naître tes personnages ? En une phrase, oui c’est dur, je sais !

Le thème de l’histoire m’a assez naturellement amené à créer les personnages, qui sont finalement les personnages types d’une famille française, l’enfant adopté excepté.

12. Quel personnage de ton histoire, pour toi, sera inoubliable ? En une phrase !

Je suis assez favorable à la liberté du lecteur qui a sa propre sensibilité, distincte de la mienne et je ne suis donc pas tenté de choisir à sa place mais je serais tellement content qu’il trouve un de mes personnages inoubliables !

 

 

L’intrigue de Legs vue par Philippe Henry

 

1. Est-ce que cette histoire est tirée de choses que tu as vécue ? En une phrase, si possible !

Pas le moins du monde.

2. As-tu imaginé la fin de l’histoire avant d’avoir le début ? En une phrase !

La fin n’est apparue que comme une suite logique de l’intrigue, en précisant toutefois qu’au fil du roman et de l’empathie que j’éprouvais pour mes personnages, il a fallu que je modifie la fin que j’avais fini par envisager.

3. Est-ce que l’histoire actuelle est similaire à tes premières idées en écrivant le texte ? En une phrase !

Bien sûr que non, comme je le disais, c’est en avançant dans le roman et dans la connaissance (création) de mes personnages que me sont apparus différentes options, différentes explications, et différentes fins également.

4. Est-ce que tu aimes ta fin ? Explique-nous en une phrase sans trop en dire !

Oui et non puisqu’elle m’est apparue comme la moins mauvaise solution, pour moi comme pour mon « héros ».

5. Que faut-il retenir de ton histoire ? En une phrase, c’est important !

Il n’y a pas une vérité.

6. Quel message as-tu voulu faire passer ? En une phrase, ça continue !

Alors, je complète : il n’y a pas une seule vérité mais plusieurs, toutes pourtant sont vraies et ce n’est que par l’écoute et le doute que l’on peut y accéder.

 

 

 

Le mot de la fin de Philippe Henry

En quelques lignes !

 

Pourquoi devrait-on lire ton roman ? 
Que dirais-tu pour nous le faire ouvrir et lire ?

 

Je ne devrais pas le dire comme cela, mais je trouve que ce roman est beau. Il l’est par les personnages dont il décrit les émotions, par les sentiments qu’ils nous font partager et par l’intrigue même qui touche à un point douloureux de notre histoire, ici en France. Et puis aussi le côté chorale du roman, qui permet d’avoir sur chacun ou chaque acte un éclairage complémentaire qui j’espère troublera les lecteurs.

 

Entre devoir et désir de liberté, entre passé et avenir, entre promesse et oubli,

venez découvrir le choix de Jon dans Le Legs de Philippe Henry !

 

 

Si Philippe Henry vous a convaincus, 

achetez ici son roman Le Legs !

 

48356073_10205410205930302_4387488893079912448_n

dd

 

 

C’était Mélodie Ambiehl aux questions et l’auteur PHILIPPE HENRY aux réponses !

Merci à ceux qui ont suivi ce Flash Auteur, 

je vous laisse sur un extrait SPLENDISSIME de la pièce de théâtre Les Mamelles de Tirésias d’Apollinaire

(il aurait adoré mon néologisme, je n’en doute pas!) :

 

 

« Les étoiles mouraient dans ce beau ciel d’automne

Comme la mémoire s’éteint dans le cerveau

De ces pauvres vieillards qui tentent de se souvenir

Nous étions là mourant de la mort des étoiles

Et sur le front ténébreux aux livides lueurs

Nous ne savions plus que dire avec désespoir

ILS ONT MÊME ASSASSINÉ LES CONSTELLATIONS

Mais une grande voix venue d’un mégaphone

Dont le pavillon sortait

De je ne sais quel unanime poste de commandement

La voix du capitaine inconnu qui nous sauve toujours cria

IL EST GRAND TEMPS DE RALLUMER LES ÉTOILES »

 

Les Mamelles de Tirésias, Guillaume Apollinaire. 

 

2 Replies to “Flash Auteur 13 – Philippe Henry”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Le Piano-Bar de la Culture

auteur(e)s et chroniqueur(se)s du piano bar

La Bibliothèque de Lilly McNocann

"Books are often more than just books" — Roxane Gay

Cicco Lady

Positive photography ❤️

lilitherature.com

Tout est littérature

Serial ReadeuZ

Chroniques littéraires

♡ Amel'z on web ♡

Blog lecture, écriture et développement personnel

La Lectrice Compulsive

Une lectrice qui vit sous sa pile à lire

Les mots d'Eric

J’ai décidé d’ouvrir un blog dédié à l’amour que je porte aux mots, à la poésie. Depuis quelques temps j’avais pris l’habitude de publier tous les dimanches, une poésie, un court texte en prose, une micro nouvelle, généralement illustrée d’une photographie. J'ai envie d’aller un peu plus loin et de ne plus mélanger mes publications qui ne sont pas de même nature. C’est vrai aussi que jamais je n’ai ressenti aussi fort le besoin de prendre le temps d’écrire, pour apporter un peu d’apaisement dans une période où les mots sont trop souvent abîmés, à trop les utiliser pour salir, pour haïr. Ces textes que je vous propose de découvrir ou de redécouvrir, ont pour certains été écrits il y a longtemps, d’autres seront des productions du jour.

Au Bazart des Mots

"Entrez sur la pointe des pieds pour ne pas déranger nos rêves éveillés"

Je lis et je raconte...

Chers lecteurs, chères lectrices, attention à votre petit coeur. Je vais vous révéler mon intention secrète : vous faire vibrer, vous faire lire, vous faire vivre, tout simplement... Et si la littérature était plus qu'un loisir ? Et si c'était vital ? Imaginez l'infinité de mondes, d'univers, de sentiments, de vies, d'aventures, que l'on peut créer avec des mots placés les uns derrière les autres comme une belle farandole de joie et de couleur... Entrez dans mon coeur, entrez dans ma bibliothèque...

Dévolivre

Pour tous les dévoreurs de livres...

Heart Hanea's Book

Blog Littérature

Le point Cul

- un point culturel et culinaire -

Nana Booklover

"She reads books as one would breathe air, to fill up and live"

darkjeanblackshirtduskyshoes.wordpress.com/

Blog mode, beauté, mode de vie.

Le monde enchanté de mes lectures

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté

%d blogueurs aiment cette page :