Les Chroniques Pressées

Chronique Pressée 25 – Vers la beauté

Scroll down to content
Vous manquez de temps ? Moi, aussi ! Alors prenez votre café et lisez la Chronique Pressée du jour en quelques minutes seulement !

Cup of coffee with milk on vintage chalkboard

 

Lire Vers la beauté,

c’est peindre la pluie en doré !

 

UNE BELLE ARCHITECTURE NARRATIVE !

Ce roman écrit un tableau

vers la beauté

magnet-double-face-smiley-50mm (1)

 

Vers la beauté

De David Foenkinos

Chez Gallimard

9782072784873_1_75.jpg

Quatrième de couverture :

Antoine Duris est professeur aux Beaux-Arts de Lyon. Du jour au lendemain, il décide de tout quitter pour devenir gardien de salle au Musée d’Orsay. Mathilde Mattel, DRH du Musée, est rapidement frappée par la personnalité de cet homme taciturne, mystérieux, spécialiste de Modigliani, qui a choisi de s’effacer dans une fonction qui ne correspond pas à ses compétences reconnues. Antoine est affecté à la salle des Modigliani, et Mathilde le surprend parfois à parler à mi-voix au portrait de Jeanne Hébuterne, la fiancée du peintre au destin tragique. Il fuit tout contact social, même si Mathilde ne le laisse pas indifférent. Personne ne connaît les raisons de cette reconversion ni le traumatisme qu’il vient d’éprouver. Pour survivre, cet homme n’a trouvé qu’un remède, se tourner vers la beauté.

— Littérature contemporaine —

 

 

Chronique Pressée :

En un mot :

∼ Différentes couches de vie ∼

 

En une phrase :

Comme un tableau, l’explication et le récit de ce livre finissent par prendre forme après plusieurs esquisses et retouches de couleurs 

 

 

Sur le style :

∼ En coups de pinceau incisifs et précis dans l’émotion 

 

Mots à retenir : 

« Pour Antoine, la contemplation de la beauté était un pansement sur la laideur. Il en avait toujours été ainsi. Quand il se sentait mal, il allait se promener dans un musée. Le merveilleux demeurait la meilleure arme contre la fragilité. »

(page 30, Gallimard)

*

« Les ruptures existent longtemps avant le matin où l’on se dit : c’est fini. »

(page 47, Gallimard)

*

« Des larmes coulaient en silence, et pourtant Éléonore avait l’impression de les entendre. »

(page 50, Gallimard)

*

« C’est terriblement banal, une séparation. Il n’y a rien à dire. »

(page 52, Gallimard)

*

« Il y a des rêves qui traversent son visage, avait-il pensé, sans trop savoir ce que cela voulait dire. »

(page 109, Gallimard)

*

« Il se trouvait face à un tableau inachevé, et personne ne pourrait jamais savoir dans quelle direction serait allée cette oeuvre. La mort arrêtait aussi la lumière des inspirations. »

(page 217, Gallimard)

 

878873541940Ligne

 

bémol

L’histoire n’est pas très originale et l’obscurité cachée au cœur du livre fait froid dans le dos : hélas, cela arrive… hélas, cela existe… Mais était-il nécessaire, obligatoire, de le peindre avec tant de précision ? L’esquisse d’un coup de crayon n’aurait-elle pas suffi à saisir le lecteur comme un clair-obscur révèle lumière et ombre ?

L’horreur côtoie la beauté de manière intéressante mais est difficile à regarder bien en face pour les sensibles – j’en fais partie !

 

 

240_F_45067146_Zjt8iPADrnB7COO2zfrQIZZNiJySaJm0.jpgUne structure narrative géniale, grandiose, qui se découvre comme une toile, comme un tableau qu’on regarde sous différents angles : à chaque nouvelle partie du roman, une nouvelle couche de peinture, une nouvelle tranche de vie se découvre !

Quel magnifique message transmet ce livre : aller vers la beauté, se sauver par la beauté, parvenir à voir la beauté à travers les larmes de la pluie !

Les personnages principaux d’Antoine et Camille sont extrêmement attachants, par leur grandeur et leur petitesse, leur force et leur faiblesse !

L’écriture est fluide, légère, maîtrisée et réglée comme les lignes d’horizon d’un tableau.

Une fin tout en vernis !

 

878873541940Ligne

 

depositphotos_20419617-stock-illustration-spilled-coffee

Une histoire marquante qui redessine le cadre de la beauté

sur la tristesse de nos vies !

Prochaine lecture de cet auteur : Charlotte !

depositphotos_20419617-stock-illustration-spilled-coffee

 

 

POUR ACHETER Vers la beauté,

IL SUFFIT DE CLIQUER !

9782072784873_1_75

 

 

À votre tasse de café et bonne lecture VERS LA BEAUTÉ !

Cup of coffee with milk on vintage chalkboard

Laissez-moi vos avis en commentaire !

Avez-vous aimé ma Chronique Pressée ?

La lecture de ce livre ?

 

4 Replies to “Chronique Pressée 25 – Vers la beauté”

    1. Ah merci ! J’espère que tu aimeras autant que « Charlotte » 🙂 Et j’en profite pour te remercier de ta fidélité à suivre mes chroniques 😀 Cela me fait très plaisir ! :3

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Au fil des mots

"La lecture est une porte ouverte sur un monde enchanté." François Mauriac

L'Antre de Myfanwi

- Derrière chaque parcelle de ténèbres se cachent les reflets de l'imagination. -

Hibou_Books

En tant que blogueuse littéraire, il est toujours temps de lire.

L'Escroc-Griffe

Une trilogie fantasy publiée Chez Bragelonne

Chroniques étoilées

Un peu d'imaginaire dans l'ordinaire ...

Tendres Chroniques

Un Petit Coup De Patte?

Eternal Letters

Webzine littéraire de l'imaginaire et noir

A FLEUR DE MOTS

Citations & proverbes (blog récent)

Les Plumes Ensorceleuses

La plume d'un autre monde

Le Parfum des Mots - Blog littéraire

Enivrez-vous avec les mots !

La Fille En Rouge

Passeuse de Culture.

Lecture d'une autruche

Lire et relire !

Les Chroniques de Jérémy Daflon

Livres, films, séries, politique et culture

MES LIVRES ÉCRITS POUR VOUS

ÉCRIRE C'EST CRIER EN SILENCE

%d blogueurs aiment cette page :