Les Chroniques Pressées d'une prof de français

Chronique Pressée 52 – Nos cheveux blanchiront avec nos yeux

Scroll down to content
Vous manquez de temps ? Moi aussi ! Alors prenez votre café et lisez la Chronique Pressée du jour en quelques minutes seulement !

mug-2586266_1920

Avec Nos cheveux blanchiront avec nos yeux,

Vivez la vie émiettée de Walther à l’aube de la naissance de son fils !

 

DÉCEPTION

pour ce roman sans véritable poésie malgré ses promesses !

magnet-double-face-smiley-50mm

 

Nos cheveux blanchiront avec nos yeux

De Thomas Vinau

Chez Alma

CVT_Nos-cheveux-blanchiront-avec-nos-yeux_8417

 

Quatrième de couverture :

Un jeune homme, Walther, quitte la femme qu’il aime et qui attend la naissance de leur enfant pour aller vagabonder du nord au sud, des lumières estompées des Flandres jusqu’à l’Espagne éclatante et solaire. Son voyage le ramènera finalement et librement à l’essentiel, vers celle qui a su le laisser partir et l’attendre. Ensemble, ils vivront le bonheur d’accueillir le nouveau né.
Ce roman d’une grande délicatesse, est empli de pudeur et de poésie. Deux parties, l’errance et la vie au retour, proposent une succession de courts textes dont le rythme accentue le sentiment d’une progression. Le lecteur fait ainsi ce double voyage (interne et géographique) en compagnie du narrateur. Le texte est séquencé, nous commençons par  » L’idée  » pour terminer par  » Ça suffirait « .

— Roman initiatique et poétique —

 

 

Chronique Pressée :

 

En un mot :

∼ Pas à pas

 

En une phrase :

∼ Des miettes le long d’une errance jusqu’à la paternité ∼

 

Sur le style :

∼ Des poèmes mis bout à bout pour poétiser le chemin d’une vie et son quotidien ∼ 

 

Mots à retenir
(il y a quelques phrases poétiques ici et là malgré tout) : 

 

« Il y a plus de dix ans, quelqu’un quelque part t’a donné quelque chose en écrivant ces mots. Et tu ne savais pas que ce serait pour toi. Et il ne savait pas que ce serait pour toi. Et tu le reçois aujourd’hui, maintenant, avec ton chien, ta déprime, ton cigare, ton ruisseau. »

(p.84, édition 10/18)

*

« Son rire est plein de dents. »

(p.87)

*

« Je sais aussi qu’écrire c’est déborder. »

(p.91)

*

« Ecrire dans la lucidité d’un murmure. »

(p.92)

coffee-4152353_1280

bémol

Pour moi, pas de réelle poésie dans les phrases ou les mots : si la construction du roman est poétique (poèmes en prose mis bout à bout), le style ne l’est pas vraiment. Il est basique, sans recherche et laconique, point.

Pour un roman, il n’y a pas de fil rouge assez consistant : les personnages sont inexistants et les actions se suivent comme sur une liste, sans plus.

Le récit de voyage en première partie est uniquement descriptif et sensitif, sans poésie ni grand intérêt

Pas d’émotion ni de personnalité : où est Thomas Vinau ? où est son âme ? L’unicité de sa vision du monde ?

Globalement, il n’y pas d’intrigue ni de fin

 

 

240_F_45067146_Zjt8iPADrnB7COO2zfrQIZZNiJySaJm0.jpg

Construction d’un roman en mini-poèmes pour faire ressentir les plus petits détails de la vie !

 

coffee-4152353_1280

 

cafe-2345972_1920

Quelle déception pour ce roman poétique qui devait allier force des images et du sensible avec la présence de personnages mais qui passe, selon moi, totalement à côté !

Quelle déception pour cette écriture se résumant à une suite de phrases basiques mises bout à bout pour « faire » poétique sans y parvenir !

Quelle déception pour cette ébauche d’histoire et de personnages qui ne prend pas racine dans ma sensibilité et s’efface derrière les petits rien du quotidien !

Quelle déception pour cette liste de faits et de descriptions qui m’a ennuyée et fait sauter des pages !

Quelle déception enfin pour ce roman à la poésie fade écrit pourtant par le même auteur que le chef-d’oeuvre ICI, CA VA, où le cœur des personnages s’unissait au cœur des choses !

Heureusement, je lis cette déception après Ici, ça va, véritable révélation poétique, ce qui ne me dégoûte pas de l’auteur et ne m’empêchera pas de le relire !

Je ne vous déconseillerai pas de lire ce roman, à condition que vous aimiez les récits de voyage et les listes de sensations sans fil d’Ariane, mais je ne peux que vous inviter à lire AVANT TOUT Ici, ça va du même auteur !

cafe-2345972_1920

 

Pour acheter Nos cheveux blanchiront avec nos yeux,

il suffit de cliquer !

CVT_Nos-cheveux-blanchiront-avec-nos-yeux_8417

 

À votre tasse de café, qui ne prend pas une ride !

mug-2586266_1920

 

Laissez-moi vos avis en commentaire !

Avez-vous aimé ma Chronique Pressée ?

La lecture de ce livre ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Au bonheur des lettres

Ambitions littéraires

l'encre de l'écriture poétiques

L'amour n'est pas une légende

Les chroniques de Louise Desmons

Petits textes d'humeurs et d'humour. Tous contes faits.

Le tempo des livres

Une plume, des rythmes.

Histoire et Animaux en folie

Histoire, Animaux , actualité...

Livresque78 Mag&Priscilla

Blog littéraire, livres, chroniques, avis, idèes.

BSF

Voir, juger, agir.

Travel Colibri

Voyages sur le monde

Soif de Joie

Le développement personnel par la psychologie positive

lesushiquibouquine.wordpress.com/

Blog lecture et pop-culture

Livraisons Littéraires

Conseils livrés au quotidien

La Bibliothèque de Lilly McNocann

"Books are often more than just books" — Roxane Gay

lilitherature

Tout est littérature

Serial ReadeuZ

Chroniques littéraires

♡ Allée des mots ♡

Blog lecture, écriture, art, développement personnel

La Lectrice Compulsive

Je voyage au gré des pages sur des mers d’encre.Passionnée de lecture depuis toute petite,j’aime lire de tout mais plus que tout les fictions historiques et romans fantastique.

Les mots d'Eric

La poésie est partout, je la sens, la ressens, la partage...

%d blogueurs aiment cette page :